Les Frères Louise à Ellezelles : une ode culinaire et vinicole dans le pays des Collines

Les frères Louise, c’est d’abord l’histoire de deux femmes. Aujourd’hui, ce sont les deux fils de l’une d’entre elles qui prennent les rênes d’un nouvel épisode. L’histoire continue…

Dans les environs d’Ellezelles, il y a tout ce qu’il faut pour rendre un hédoniste heureux

Cette zone, qui jouxte les Ardennes flamandes, est un condensé de tout ce qui rend notre pays si agréable à vivre malgré tout ce que l’on pourrait lui reprocher. Dans les environs d’Ellezelles, il y a tout ce qu’il faut pour rendre un hédoniste heureux. Si on ajoute à cela, le magnifique festival bisannuel « Collinaria », il y a de quoi se demander pourquoi je ne vis pas là-bas. Je vais y réfléchir, promis.

C’est un paysage de carte postale sans trucs compliqués

Il y a quelques jours, muni de mon assistante, nous avons poussé la porte d’une auberge de carte postale. Murs blancs, voussettes apparentes, une cheminée, des nappes blanches. Le soleil clair du printemps ajoutait de la fraîcheur à l’ensemble, un peu de quiétude. Le mobilier rustique, les chaises de bois roux, les pierres bleues du couloir, le plancher des salles, en résumé, on est dans un cocon. C’est un paysage de carte postale sans trucs compliqués.

Tout était parfait, la cuisson, l’assaisonnement, l’équilibre des saveurs

La carte est classique, ouverte sur quelques influences, mais elle est rassurante. Ne vous fiez pas aux apparences, les recettes les plus classiques sont les plus compliquées à réussir. Tout le monde connaît et a des références. C’est un peu comme la musique classique. On a les morceaux dans les oreilles et si ça dévie, on le sait. En entrée, j’ai pris des asperges à la flamande (32€). Exactement ce que j’espérais. Ma convive a dégusté les derniers jets de houblon de la saison, œuf poché et ail des ours (42€), un classique de haut vol. En plat, une sole meunière (prix du jour). Simplement parfaite. La cuisson, l’assaisonnement, tout y était. Magnifique me semble être le meilleur descriptif. L’autre côté de la table a dégusté un pigeonneau des collines, morilles, sauce périgourdine (48€). Tout était parfait, la cuisson, l’assaisonnement, l’équilibre des saveurs. Comme dessert, nous avons partagé un sabayon de chez sabayon, tout en légèreté. Un soupir parfumé (19€).

Une carte des vins réellement exceptionnelle

Mais le sommet de l’aventure, c’est la carte des vins. Laurenz, un des deux frères Louise, propose une carte des vins réellement exceptionnelle, ouverte sur le monde, sans a priori et a des prix qui vont de 30 à 1500€. Ajoutez à cela une douzaine de blancs au verre, une dizaine de rouge ainsi qu’une jolie collection de pousse-café, vous comprendrez que l’on est là face à un moment hors normes. Malheureusement trop rare de nos jours. Laissez le sommelier exprimer sa passion, regardez-le, c’est juste du bonheur. Sa mère, Katrien, est une maîtresse de maison parfaite. Roman, son frère, est le maître d’hôtel. Laurent, le chef, n’est pas un frère, mais il fait déjà partie du gang.

Y retournerai-je ? Oui, et plus vite que ça ! Si vous vous y rendez avant moi, amusez-vous bien.

Les frères Louise

Rue de Renaix 162, 7890 Ellezelles

Téléphone : 0495 23 73 06

www.les-freres-louise.be

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Titre

Aller en haut