Le Destin: Une Cuisine qui Révèle le Fil de la Vie à travers des Saveurs Surprenantes

Je crois que nous rêvons tous de connaître notre futur, allez, disons presque toutes et tous. Parce que parfois notre vie prend des tours tortueux…

Il était une fois un cuisinier qui savait ce qu’il voulait et à qui la vie a accordé un souhait

Prenons l’exemple du patron Maxime Van Bellingen. L’homme, au sortir de l’École Hôtelière de Namur, travaille chez quelques patrons. Histoire de se blanchir un peu sous le harnais et d’apprendre son métier. Puis, il s’engage chez un autre ancien de l’École. Chez Momo la crevette, il devient petit à petit chef. Il voudrait voler de ses propres ailes, mais la vie fait que les circonstances ne sont jamais bonnes. Il est prêt à laisser tomber, le Covid, la crise, tout ce que vous pouvez imaginer, le monde s’est ligué contre lui. Il décide que demain, il arrête. Et, comme dans les films américains, d’un coup d’un seul, les étoiles s’alignent, la lumière s’intensifie et le DESTIN lui lance un sacré clin d’œil. Personne n’est jamais à l’abri d’un coup de pot. C’est comme ça que les belles histoires commencent. Il était une fois un cuisinier qui savait ce qu’il voulait et à qui la vie a accordé un souhait.

Dans sa microscopique cuisine, le chef produit une cuisine originale

Il va de soi qu’elle soit savoureuse et parfaitement exécutée, mais elle a en plus cette petite touche qui fait toute la différence. Il ose des choses pas forcément courantes. C’est déjà une bonne raison pour venir se poser ici. Je n’ai pas goûté les croquettes de tajine d’agneau à l’orientale 25€, mais je me suis promis d’y retourner rien que pour ça. En espérant que la prochaine carte ne soit pas sans elle. J’ai mangé cette fois, les poireaux à la flamande du Destin, Œuf mollet croustillant – poireau confît – jus de persil 26€. Avec un tel nom, je n’ai pas pu éviter. En plat, le moelleux de cochon de lait basse t°, espuma tartiflette, pont-neuf au paprika fumé 36€ à un véritable goût de péché. Magnifique, est un peu faible comme qualificatif.

J’ai adoré le service des deux jeunes femmes

Souriante et à l’aise, elles font tourner la salle avec l’assurance de pros nettement plus vieilles qu’elles. La carte des vins est relativement courte, mais bien équilibrée et, surtout, a des prix fort « normaux » on peut s’offrir une jolie bouteille sans avoir besoin de vendre un rein. Je n’ai pas mangé de dessert comme à l’habitude, il faut que je sauve mon Summer Body…

J’ai tout aimé de cette belle surprise. Simple, chaleureux, le cadre fait le job en ajoutant une couche de plaisir anticipé.

Y retournerai-je ? Évidemment !

Téléphone : 02 534 50 91

Rue Théophile Delbar 8, 1410 Waterloo

https://www.ledestin.be

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Titre

Aller en haut