Le Canari, un petit paradis été comme hiver

 

Le Canari, un petit paradis été comme hiver

Il est des secrets mieux gardés que d’autres, des joyaux préservés de la convoitise de nos contemporains. De ces endroits que l’on aime sans savoir au juste pourquoi dès que l’on en franchit la porte. Qui tintinnabulent dans nos têtes comme un petit air de revenez-y…

C’est une maison au bord d’un chemin à peine de la largeur d’une voiture, et encore, pas des plus gros SUV. Une petite route qui serpente à travers la campagne, comme le chemin que Montant parcourait à bicyclette il y a plus d’un demi-siècle. Aux beaux jours c’est carrément paradisiaque. Aux jours gris, c’est comme un phare qui luit dans une nuit de tempête.

Il était une fois une ferme d’élevage de canaris

Souvenez-vous qu’en d’autres temps les gueules noires utilisaient ces oiseaux pour prévenir les coups de grisou. Située sur la frontière, véritablement, à un jet de noyau de cerise de la Belgique, dans cette zone étrange qui pourrait être un no man’s land en d’autres époques moins riantes. Après avoir été une oisellerie, la ferme fut transformée en bistro/restaurant par l’entremise d’une patronne très haute en couleur. La bonne société de Charleroi et des environs venait s’y encanailler au plus beau des golden sixties et des seventies. Les temps changent, Richard s’attelle avec un cœur gros comme ça, à redorer le blason de la maison depuis quelques paquets d’années maintenant. Franchement je peux vous dire que c’est largement gagné. Même si les murs regorgent de souvenirs joyeux de toutes les époques, je suis certain que quand tout est fermé, au cœur de la nuit, on peut entendre les rires des fantômes, c’est maintenant que ça se passe.

Une table conviviale au véritable sens du terme

C’est la mère du boss qui prépare la pâte pour les flamiches au Maroilles, vous voyez le genre. On va là pour se poser, se resourcer, toucher à ses racines, tout simplement. Pas de préparations complexes, compliquées, avec des fleurs et des machins qui font pouette pouette. Je viens ici pour sourire. Un picon vin blanc à nul autre pareil, c’est un secret maison. Plus périlleux, carrément de la haute voltige, L’arc en ciel, un cocktail désormais pratiqué seulement dans moins d’une dizaine d’endroits dans le monde. Ca se boit à la paille, et un seul suffit largement à générer quelques souvenirs douloureux dans les lendemains qui déchantent. Cerise sur le gâteau, Richard est un hyper spécialiste de Chartreuse. Il se murmure même qu’il en vendrait. En conclusion, allez là pour vivre simplement, loin des réseaux sociaux, juste à côté de la vraie vie.

13 Hameau de Reugnies, 59149 Cousolre, France

+33 3 27 63 28 27

www.lecanari.fr

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Titre

Aller en haut