Découvrez De Copain à Dilbeek : une expérience culinaire entre créativité et tradition

Dilbeek, en dehors de quelques panonceaux bêtement agressifs à l’entrée de la commune, mérite largement que l’on s’y arrête. Le château communal est superbe, le parc qui l’entoure est un écrin de verdure paisible et le centre du village est propre, bien aligné comme il se doit.

À quelques encablures de ce château de contes de fées, se situe le restaurant du jour

C’est-à-dire à 7 minutes du ring, en respectant les limitations de vitesse, et à 25 minutes du centre de la capitale. Comme quoi, parfois, l’exotisme, c’est vachement moins loin que ce que l’on pourrait croire.

De Copain, c’est une belle histoire. Deux copains, pas de la même génération, qui ont déjà roulé leurs bosses. Deux hommes qui traversent les aléas de l’époque puisqu’ils s’installent juste dans cette merveilleuse période du Covid dont nous n’avons pas encore fini de subir les conséquences.

Pour ceux qui ont connu la première version, bonne nouvelle : des travaux viennent d’être faits et la cuisine a changé de place, les tables ont gagné en espace et il est possible d’asseoir 18 couverts à l’aise dans cette bonbonnière contemporaine et minimaliste.

Ils font tout à deux, même si techniquement un est le sommelier (quel sommelier de haut vol ! ) et l’autre est le cuisinier

L’accueil dépend de qui est à côté de l’entrée à ce moment-là ; quoi qu’il en soit, il vous reçoit comme si vous étiez clients depuis la nuit des temps. Une coupe de champagne plus tard, en route pour le menu. Le soir, il propose 4 (62€) ou 5 services (74€), qui changent chaque semaine en fonction des produits disponibles.

Lors de mon passage, j’ai dégusté un tartare de bœuf qui était une tuerie totale pour commencer, puis du skreï au beurre blanc, ensuite, et ça c’était une dinguerie de la mort qui tue, une variation autour du céleri rave, avec de la poutargue. Je n’en ai pas dormi, tant je me suis accroché aux saveurs. Pour terminer, du porc ibérique aux échalotes confites qui déplacent les montagnes. Quelle cuisine ! Quelles fulgurances ! Moi qui, il y a peu, exprimait mon ras-le-bol de toujours manger les mêmes choses dans les restaurants du royaume ; je n’ai pas été déçu de mon voyage. C’était tout simplement bouleversant, à la fois de simplicité et de créativité. La carte des vins est courte, mais elle change tout le temps et présente néanmoins de superbes bouteilles tarifées raisonnablement. Pour le menu, nous nous sommes dirigés vers le choix du sommelier (5 verres fort généreux pour 40€).

Y retournerai-je ?

ah oui, avec plaisir ! Je réserve bien avant parce que c’est déjà fort fréquenté. Pour y aller, je ne verrai pas les provocations linguistiques crétines de quelques mauvais coucheurs, car je n’ai pas oublié que l’Union fait la force…

De Copain

Verheydenstraat 18

1700 Dilbeek

0496/60 43 78

https://restaurant-decopain.be

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

La Storia

La Storia Tant de choses à raconter, et si peu

Titre

Aller en haut