Les petits bouchons

Allez, c’est bon, les petits ont pleuré devant les caméras, les grands ont nié leurs parents, les cartables ont couté un bras, et la maison est enfin redevenue calme pendant le télétravail.

Ouf, la rentrée est passée, nous pouvons reprendre le cours de nos vies en attendant le prochain marronnier.

J’espère que vous avez pu prendre un peu de repos, que vos cerveaux sont relaxés et que vos expériences alimentaires estivales ont été moins médiocres que les années précédentes. Il y a une vie hors du melon au jambon prétranché sous vide, il existe des alternatives à la mozza caoutchouteuse mi-silicone mi-désespoir et aux tomates croquantes sans saveurs, je le rêve.

Pour ma part, l’été fut savoureux, studieux ; et quelques phares ont éclairés mes soirées. Certes, je goûte assez peu les terrasses urbaines. Manger sur une place de parking en bord de route, avec les trams qui passent c’est une épreuve.

Mais, si dans ces conditions moyennes, le repas semble exceptionnel, c’est qu’il l’est.

Manger au bistro comme au gastro.

Je dois confesser que je suis fatigué de ces restaurants copiés/collés sans originalité, sans nappes, au service faussement décontracté pour masquer leurs compétences limitées ou l’on mange toujours la même nourriture sans vice ni vertus, sans âme en résumé. Je veux de la joie, de la passion dans mon assiette. Et peux me chaut qu’elle fut instagramable ou ressemblant à une sortie de Top chef, ce que je veux en lieu et place des fleurs c’est du goût, de la saveur, de la texture, de la mâche et un peu de gras au passage puisque le gras c’est la vie.

Alors je me suis attablé aux Petits Bouchons, à Uccle. Un endroit inclassable. Ils se veulent bistro canaille, alors que l’on mange aussi bien que dans un gastro au prix d’un chouette bistro. La cuisine est savoureuse, inspirée, vraiment originale et ne tente de ressembler à quelqu’un d’autre qu’elle ne serait pas. Je ne vous parlerai pas en détails de ce que j’ai mangé, car la carte change au grès du temps, des moments et des marchandises disponibles. J’espère juste que le cassoulet gaumais reviendra vite à la carte, il est à se damner. Mais les calamars à la tomate, ou le thon estival étaient au même niveau. La carte des vins est originale aussi, composée d’une bonne part d’importations directes, elle est unique.

Bref, pour bien rentrer, je vous propose une belle sortie.

Les Petits Bouchons 832 chaussée d’Alsemberg 1180 Bruxelles

Réservez une table 02 378 09 90  ou 0465 38 63 61

lespetitsbouchonsbxl@gmail.com

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Titre

Aller en haut