Le cidre

 

Le cidre

Dans ce même mouvement qui agite les campagnes belges depuis une vingtaine d’années autour des raisins, il y a aussi, même si on l’ignore encore trop souvent, l’apparition de cidres d’une qualité jamais atteinte jusqu’à présent.

L’engouement autour de ce produit assez extraordinaire est sans doute, ou à tout le moins, en grand partie liée à sa simplicité d’élaboration.

Le cidre d’aujourd’hui attire une clientèle soucieuse de l’environnement

Un peu à la manière des vins natures, le cidre d’aujourd’hui attire une clientèle soucieuse de l’environnement et de l’avenir de la planète. Bien en tendu là-dedans il n’est pas question des cidres industriels servies à la pompe en Grande-Bretagne et qui n’ont de point commun avec nos productions que le nom.

Dans ces produits de grand consommation, il en est même qui sont élaborées sans véritable jus de pommes, ça vous situe le niveau de la chose.

Evitez d’ailleurs d’en proposer à vos jeunes ados, croyant bien faire pour les détourner des sodas classiques c’est peut-être pire encore.

Le renouveau du cidre de chez nous

Le cidre s’accompagne d’une arrivée dans la gastronomie. Il est vrai que pour les sommeliers un peu pointus avec une belle ouverture d’esprit, il y a une opportunité de combinaisons et de saveurs tout à fait originale à mettre en avant.

Il y a cidre et cidre

Nous connaissons grâce à nos vacances, nos camps scouts, et les innombrables crêperies bretonnantes qui florissent dans toutes les zones touristiques de Wallonie, le cidre breton ou le normand. Ils ont des styles bien distincts. Ils ne se boivent pas forcément en bolée, ne sont pas tous forcément doux et les arômes de cours de ferme que l’on y trouve trop souvent ne sont pas forcément des qualités.

Les origines du cidre

Elles se perdent à plus ou moins un millénaire de nous, on dira donc au 12è siècle. Les Basques en revendiquent la paternité, ce qui ne fait pas forcément plaisir à nos amis du Nord-Ouest de la France.

A bien y regarder et se renseigner, les origines du cidre sont beaucoup plus anciennes. Dès que l’humain a trouvé des pommes, il a essayé d’en produire une boisson.

Il semblerait que les Carolingiens et les Francs aient amené du Nord jusque dans la péninsule ibérique, leur amour de la pomme, de son jus et de ses dérivés. Mais ce n’est pas plus avéré qu’autre chose.

Au 18è siècle, un médecin britannique a tenté de démontrer scientifiquement la légende affirmant que les marins normands et basques souffraient moins de problèmes de santé lors des navigations longues grâce à leur consommation de cidre. Hélas ce sont les agrumes qui sauvent du scorbut et très moyennement les pommes.

On a dit et on raconte encore beaucoup de chose à propos de cette boisson dont la consommation même en France reste plutôt anecdotique puisqu’elle tourne autour des environs de 2L par an.

Et en Wallonie ?

Le réveil du cidre wallon est, quelque part, une conséquence du boycott russe des pommes de chez nous mais bien plus ancien, cela remonte aux années 70. Tout part d’une décision prise par des visionnaires vàv de la pomiculture. La Flandre a posé le choix de la pomme de table en rendement industriel important. La Wallonie a quant à elle décidé de privilégier des variétés ancestrales et ultra-locales. Ce qui se traduit par au Nord les basses-tiges et au Sud les hautes-tiges qui ne demandent aucun traitement chimique ni mécanisation.

D’un côté on croque la pomme, de l’autre on va la broyer, en faire du jus et le faire fermenter avec un style qui tente à se dessiner clairement loin des poncifs normands et bretons et ça, c’est une excellente nouvelle. L’avenir est au bout de la pomme comme le disait aussi bien Guillaume Tell.

Pour en savoir plus ?

www.histoire-normandie.fr un article de Laurent Riedel

Virginie Thomas « druidesse des cidres », auteure du podacst « bouscule-tes-sens »

www.lescirdologues.com

Dégustations de quelques cidres wallons

Cidre artisanal belge 2020

Anciennes variétés de pommes hautes-tiges

6.5% vol.

Pommeraie Cédriek de Changy

Très mousseux au service, la bulle est très fine. La robe or-blanc est voilée et non filtrée. Le nez est très net, bien droit, aucun défaut, c’est juteux, fruité. En bouche, c’est assez rond, une belle fraîcheur sur la fin, moyennement long. J’aime beaucoup l’acidité et la petite amertume. C’est bien équilibré, avec des touches de miel et de compote tirant vers le coing. 16/20

Cidre Parallèle 50

Pommes basses-tiges et sucre de raisins

5% vol.

Vin du Pays de Herve

www.vindupaysdeherve.be

La robe est or-blanc. La bulle est fine et régulière. Produit bien filtré et net. Nous voilà face à un produit qui ne revendique pas d’être un cidre car il est édulcoré à l’aide de sucre de raisins. Un adroit assemblage de ce que le plateau de Herve peut produire actuellement. Élaboré par la coopérative du vin de pays de Herve, c’est une boisson rafraichissante, juteuse en diable et abordable pour tout le monde. A l’apéritif avec quelques glaçons ou pour accompagner une tarte aux pommes ou à la frangipane, ça sera idéal. 15/20

Cidre Toubon

100% naturel

Pommiers hautes-tiges

5% vol.

Toubon Pierre

La robe bronze montre une grande turbidité. La couleur est jolie, bien nette. La bulle est très fine. Au nez, on oscille entre l’encaustique, la bougie que l’on vient de souffler, la compote de pommes qui mijote. C’est très chaleureux, il y a un côté automnal dans tout ça, comme un parfum de nostalgie. En bouche, c’est assez court, très droit, très cohérent par rapport au nez. Belle découverte pour moi. 15/20

Cidre brut bio

6% vol.

Pommes basses et moyennes tiges

Pom’ d’Happy

www.pomdhappy.be

La robe est or dorée tirant vers le cuivre, assez nette. La bulle est quasi absente à la vue. Petite remarque, la bouteille ne semblait pas remplie à hauteur normale et ne présentait pas de fuite. Au nez, c’est un peu timide au départ. Il faut de l’aération. A l’aération, on arrive sur des arômes plus confits, une pointe d’oranger amère, du miel de châtaigner. En bouche, c’est très sucré. La notion de brut n’est pas la même pour tout le monde. Ça peut parfois être trompeur. Ici on est en présence d’un  produit qui s’adressera à une clientèle plutôt jeune. Qui va découvrir le cidre et c’est très bien comme ça. 13/20

Cidre Saint-Vincent brut

Pommes reinettes hautes-tiges

7.5% vol.

www.facebook.com/vergerdusirieu

La robe est or-blanc avec un collier de bulles qui perdure longtemps. La bulle est fine et régulière. Le produit est clairement filtré ou à tout le moins débarrassé de ses lies.

C’est très floral au nez, pas hyper complexe, c’est un cidre qui s’annonce rafraîchissant tout droit. En bouche, la bulle est très présente. C’est assez court et sans sucre du tout. Ceci explique cela. J’aime beaucoup l’amertume en fin de bouche. A mon sens un cidre de table ou lorsqu’il fait très très chaud. 14/20

Cidre Extra brut 2020

Anciennes variétés de pommes hautes-tiges

7% vol.

Cidrerie du Condroz

www.cidrerieducondroz.be

La robe est or jaune avec des reflets bronzes. La bulle passe très vite, très légèrement voilée. Au nez, on est sur un côté paille coupé, stalle fraîchement nettoyé, touche de cuir et de tabac. On évolue vite vers la pomme clairement, avec un côté iodé en final. En bouche, la bulle persiste plus longtemps qu’à l’œil. J’aime beaucoup le côté un peu raide de l’ensemble, ça lui confère un style bien original qui lui permettra de se marier avec pas mal de plats cuisinés. 15/20

Cidre brut 2021

Anciennes variétés de pommes hautes-tiges

6% vol.

www.atelier-constantberger.be

La robe est or-bronze. La bulle est très fine. Turbidité faible. En bouche, ce cidre brut que l’on peut qualifier d’extra brut même, est un peu déconcertant pour qui s’attend à ce qu’il connaît en Normandie ou en Bretagne. On est ici en présence d’un produit que je qualifierais de vineux. C’est très raide, austère même mais ça a une longueur de fou. C’est un produit réellement disruptif qui a toute sa place sur les plus belles tables gastronomiques. 16/20

 

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Little Paris

  Little Paris    Il est de ces restaurants dont

Titre

Aller en haut