Découvrez Cecila : le nouveau restaurant de Mélanie Englebin à Ottignies

She’s back, et elle est contente. Le petit gabarit de Mélanie Englebin rayonne ; son sourire tranquille indique que « ça va », ses yeux brillent de bonheur. Certes, rien n’est évident, mais elle a trouvé un port d’attache et elle s’emploie à en faire son nid.

 

Mélanie avait décidé de ne plus être à la tête d’un établissement. Mais il ne faut jamais dire jamais…

Je l’ai rencontrée, il y a de nombreuses années de cela, dans le centre de Bruxelles où elle tenait son restaurant avec la même enseigne. Un hommage à sa mère. Déjà à l’époque, bien avant GoodMove, les problèmes de mobilité avaient ajouté une goutte insupportable à l’enchevêtrement de complications que génère la gestion d’un restaurant au quotidien. Et elle avait décidé de ne plus être à la tête d’un établissement. Mais il ne faut jamais dire jamais…

Alors, pour changer d’avis, rien de tel que de s’établir dans la villa où furent signées les bases de ce qui allait devenir Louvain-la-Neuve il y a déjà longtemps. Tant qu’à faire de se renouveler autant que ce soit là.

La cuisine de Mélanie est celle d’une virtuose

L’accueil était parfait, le service aux petits soins. La carte des vins est plutôt classique, française surtout, mais elle se monte petit à petit, et s’ouvre, entre autres, aux vins locaux. Rome ne s’est pas faite en un jour, il en va de même pour les restaurants qui n’ont pas la chance d’être adossés à de riches sponsors.

Chaque détail est poussé à son paroxysme, de quoi qu’il s’agisse. Toutes les assiettes sont composées de points et de contre-points. Elle signe des contrastes épicés sublimes, sans jamais sombrer ni dans la facilité, ni dans la complication inutile tant appréciée en ce moment. C’est une cuisine qui demande une énergie et un temps de dingue. Je le souligne parce que j’ai lu une critique s’attardant sur les prix. Oui, c’est plus cher qu’un Burger King, indéniablement. Mais vu l’émotion, cela me paraît juste. Et bon. Quel bonheur, quel souvenir déjà plein de saveurs. Lecteurs fidèles et infidèles, nous savons vous et moi que la cuisine est un artisanat complexe, qu’il faut payer à son juste prix. Les heures, le travail avant, pendant, après, même si les marchandises ne sont pas dites de luxe, c’est là qu’est le coût réel d’un plat. Mais pour comprendre cela, il faut avoir vu ce monde de l’intérieur et pas juste en regardant le volume sonore de la salle.

 

J’ai énormément apprécié ce moment hors de l’ordinaire. Aller au restaurant, c’est parfois juste comme ça, parfois pour une occasion, parfois pour vivre un truc hors-normes. Cécila, c’est pour ce dernier cas. Les examens arrivent et vos descendants réussiront peut-être leurs humanités, c’est là qu’il faut aller fêter ça.

Y retournerai-je ? Oui, certainement.

Cécila

Avenue du Parc, 1340 Ottignies

Tél. 010/61.84.12

www.cecila-restaurant.com

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Titre

Aller en haut