Le Grand Ryeu, une histoire de famille

Le Grand Ryeu, une histoire de famille

Vous me lisez ici depuis longtemps et je ne vous ai jamais parlé de mon frère. Non pas par pudeur, mais parce que j’estime que ce ne serait pas normal de privilégier ma famille dans cette colonne. Mais, il n’y a pas de raison non plus qu’il soit ignoré parce qu’il est mon frère.

Quand tout a commencé

C’est en 1974 que mes parents ont ouvert la porte de leur restaurant loin de tout. Dans le Sud de la Botte du Hainaut, une des dernières zones de Wallonie encore enclavée de nos jours grâce à la volonté d’un ministre qui veut le bonheur des gens malgré eux, mais c’est une autre histoire, pour un autre jour. Ils feront de ce tas de pierres, comme disaient nos grands-parents, un restaurant gastronomique connu et reconnu. La cuisine de notre père était déjà basée à l’époque sur l’ultra local. Les escargots ramassés par les gamins du village, les truites apportées par les pécheurs, le miel, le fromage de chèvre du village, le gibier, les champignons et j’en passe et des meilleures, nous fumes élevés là-dedans. Notre mère tenait, de manière exceptionnelle, la salle. Encore aujourd’hui les clients de cette époque l’évoquent.

Passage du flambeau

Dans les années nonante, mon frère et son épouse, reprirent les rennes du restaurant. Je me souviens d’un des premiers plats qu’il a posé sur la carte du restaurant familial : du homard à la vanille. C’était carrément disruptif. Le temps passe, les générations aussi. Les murs restent, ils contiennent tant de belles histoires, de rencontres, de rires, de plaisirs. La déco change, elle n’est que surface, les bons moments cimentent les murs. C’est notre métier : donner du plaisir aux gens. Le temps passe, mon frère est aujourd’hui en cuisine pour la mise en place avec son équipe et en salle pendant le service. Il a le sourire de sa mère et les nouvelles générations de clients ne s’y trompent pas. J’ai décidé de vous raconter cette histoire parce que la troisième génération est là.

Menu à 4 mains

Les deux fils d’Alain, Thomas et Arnaud travaillent à Grandrieu. L’ainé s’est lancé dans la production de sushis, le second travaille en salle aux côtés de son père, qu’il assiste en attendant d’assurer la relève. Pour marquer le coup, un menu à 4 mains, Père et fils est proposé. Pour 58€ hors vins. Trois générations de fous, pour créer le plaisir, rien que le plaisir… Que voulez-vous que je vous écrive de plus ?

Le Grand-Ryeu, 1 rue Goëtte 6470 Grandrieu. Tel : 060/45.52.10

Vous avez aimez cet article? Partagez-le:

Le Panorama

Le Panorama Dans une époque plutôt morose, l’ouverture d’un

Titre

Aller en haut